En 2023, faut-il faire revenir les gens au bureau?

Articles
Articles
|
6 janvier 2023

Depuis 2020, beaucoup de bureaux se sont vidés. Le télétravail a été imposé dans plusieurs entreprises pendant la crise sanitaire. Ensuite, malgré la réouverture des bureaux, plusieurs employés ont choisi de rester à la maison pour travailler. Devant cette réalité, certains employeurs rivalisent de créativité pour inciter les talents à revenir au bureau alors que d’autres abandonnent l’idée et passent au télétravail à 100 %.

Quel est l’avenir des bureaux au Québec?

Selon Martin Lafrance, directeur, Conseil ressources humaines chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), il n’y a pas de réponse universelle; la situation doit être évaluée en fonction du contexte de fonctionnement de l’entreprise.

« En 2023, les dirigeants d’entreprises doivent prendre le temps de réfléchir de façon plus large aux enjeux que pose le télétravail dans leur contexte en particulier avant de penser à leur politique de télétravail, avant d’affirmer qu’ils arrêtent ou qu’ils continuent. »

Les questions à se poser sur les enjeux liés à l’organisation du travail sont nombreuses :

  • Quel est l’impact du télétravail sur la productivité?
  • Comment le télétravail influence-t-il le climat de travail à l’interne?
  • Le télétravail est-il un obstacle aux échanges informels et aux communications internes?
  • Comment maintenir et promouvoir le sentiment d’appartenance?
  • Les employés qui n’ont pas accès au télétravail éprouvent-ils un sentiment d’injustice?
  • Comment entretenir la culture organisationnelle dans un contexte de télétravail?

Le choc du télétravail soudainement obligatoire

Le télétravail est entré dans le fonctionnement des organisations comme une obligation alors que beaucoup d’entreprises n’avaient même jamais vraiment envisagé cette possibilité. Il n’est donc pas surprenant que ces changements rapides aient provoqué chez certains employeurs un choc émotif.

« Certains employeurs et dirigeants ont perçu le télétravail comme une perte, voire un manque de soutien de la part d’employés qu’ils avaient l’habitude de côtoyer au quotidien et avec qui ils discutaient d’enjeux. Avec le télétravail et le travail en mode hybride, ils ont perdu ces possibilités-là », souligne M. Lafrance.

Organisation du travail et pénurie de main-d’œuvre

Les entreprises qui n’ont pas de difficulté à trouver leur main-d’œuvre ne vivent pas la problématique du télétravail de la même façon que celles qui sont toujours à la recherche de personnel.

« Si les employeurs se retrouvaient dans un rapport de force différent sur le marché du travail, on aurait une autre discussion, rappelle Martin Lafrance. Mais nous ne sommes plus à l’époque ou une entreprise recevait 200 candidatures pour pourvoir un poste. »

La pénurie de main-d’œuvre ajoute à la problématique de l’organisation du travail et c’est un enjeu que les employeurs ne peuvent pas ignorer.

« La crise sanitaire a créé une nouvelle dynamique de gestion et engendré, pour certains entrepreneurs, certaines obligations envers les employés qui ont pris goût à cette liberté et à une meilleure qualité de vie grâce à la réduction des déplacements et à la flexibilité des horaires. Certaines entreprises sont faites pour le télétravail et pour elles, il s’agit d’un aspect positif, car le mode de travail hybride ne crée pas une grande différence. Mais pour d’autres entreprises, comme les entreprises manufacturières, ce n’est pas le cas; les gens doivent être sur place pour avancer des idées et échanger sur les problématiques vécues par l’entreprise. »

Mettre fin au télétravail?

« Certains employeurs sont très affectés par le fait que leurs employés ne sont pas au bureau et certains souhaiteraient effectivement mettre fin au télétravail, remarque Martin Lafrance. Mais il faut d’abord prendre le temps d’analyser l’incidence du télétravail sur l’entreprise en se posant une série de questions ».

  • Avons-nous pris le soin d’accorder aux gestionnaires le soutien nécessaire pour encadrer le télétravail et s’assurer que les employés continuent d’offrir un bon rendement?
  • Les mesures et les politiques pour encadrer le télétravail ont-elles été implantées?
  • A-t-on communiqué des règles et des directives claires relativement au télétravail?

Va-t-on revenir au bureau?

« En 2023, il n’y aura pas de retour massif des employés au bureau », avance Martin Lafrance.

« Quand on observe ce qui se passe chez nos clients, on remarque une tendance de retour au bureau, mais pas de façon brusque ni sauvage. Le choc de la crise sanitaire a créé une situation un peu rigide, mais on assiste peu à peu à un rééquilibrage. Aujourd’hui, il faut s’assurer d’avoir un portrait juste de l’incidence du télétravail et de trouver un juste milieu entre un fonctionnement à 100 % de télétravail ou un équilibre entre le présentiel et le travail à distance. »

Martin Lafrance recommande les actions suivantes :

  • Parler à ses équipes et prendre la peine de sonder ses employés au sujet du travail hybride;
  • Fournir les outils nécessaires à l’encadrement de la gestion du télétravail, tels que des politiques et des directives claires;
  • Mettre en place des processus pour s’assurer que les employés continuent d’être productifs et de bien représenter l’entreprise.

Commentaires

Partager sur mon fil d’actualité

Powered by WP LinkPress

Catégorie
Télétravail

À lire aussi

1
2

Travail hybride : ce que votre politique doit aborder

Fiscalité et juridique
Travail hybride
23 janvier 2023
3

Inscrivez-vous à l’infolettre

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.