Le télétravail au Québec un an plus tard

Articles
Articles
|
28 janvier 2021

En mars 2020, la COVID-19 entre dans la vie des Québécois. Une des premières mesures prises par le gouvernement : l’obligation de travailler de la maison quand c’est possible. Près d’un an plus tard, où en sommes-nous ?

Aubaine pour les uns; punition pour les autres. Facile à mettre en place pour certaines entreprises, impossible pour d’autres. Le télétravail n’a pas été accueilli de la même façon partout.

Avant la pandémie, 16 % des personnes occupant des emplois propices au télétravail effectuaient leur travail à distance. En septembre, ce chiffre avait connu une hausse de 30 points, à 46 %. Quant au travail sans bureau, c’est-à-dire celui effectué totalement à distance, il est passé de 5 % à 38 %.

Pas possible pour toutes les entreprises

Pour certains secteurs d’activité, le télétravail a été impossible à mettre en place. C’est le cas pour la plupart des professions qui nécessitent une présence physique, par exemple, dans les domaines de la santé, de la restauration ou de la construction.

Lors du premier confinement de mars 2020, les emplois pouvant être exercés à la maison dans des circonstances normales représentaient autour de 4 emplois sur 10 au Québec, d’après Statistiques Canada.

Selon le secteur d’activité, la proportion du personnel pouvant travailler à distance varie d’environ 4 % à 85 %. Pour une population active de 4,6 millions, la possibilité de télétravail touche donc plus de 1,8 million de personnes dans la province.

Même sans confinement, le fait que les entreprises doivent réduire le nombre d’employés présents sur place pour garantir la distanciation sociale conduit à plus de télétravail sur une base rotative.

Engouement des Québécois pour le télétravail

Selon le sondage Léger effectué en novembre 2020, 88 % des travailleurs ayant essayé le télétravail ont déclaré avoir aimé l’expérience. Seuls 7 % préfèrent ne jamais travailler à distance.

Même les gestionnaires les plus réticents semblent s’être habitués : 70 % y étaient devenus favorables en juillet, soit deux fois plus qu’en avril, selon une étude de la Chaire BMO Diversité et gouvernance de l’Université de Montréal.

Les employés et les entreprises ont pris leurs marques. À tel point que, même après la COVID-19, 6 Québécois sur 10 préféreraient faire du télétravail au moins à temps partiel, selon un sondage de la firme ADP effectué en septembre dernier. Dans un monde idéal, les employés opteraient pour une formule hybride maison-bureau, prévoyant idéalement trois jours de télétravail par semaine, ce qui permettrait de conserver une certaine flexibilité tout en évitant l’isolement.

Parallèlement, en août 2020, 29,9 % des entreprises québécoises disaient envisager d’offrir la possibilité de faire du télétravail de façon permanente à un plus grand nombre d’employés après la pandémie, et 9,3 % l’exigeraient.

Sans surprise, ce sont surtout les plus grandes organisations, qui peuvent fournir plus facilement un soutien à leurs télétravailleurs, qui souhaitent poursuivre l’expérience.

Les conditions du succès

Pour une expérience réussie, le télétravail doit être conçu comme un véritable mode d’organisation du travail et non comme une solution temporaire, affirment les experts de la Chaire BMO Diversité et gouvernance de l’Université de Montréal dans leur rapport « COVID-19 et télétravail : un remède universel ou une solution ponctuelle ».

Un autre constat s’impose : la satisfaction des télétravailleurs et des gestionnaires envers le télétravail dépend largement des politiques adoptées par leur entreprise.

Pour organiser le télétravail et réussir l’expérience, adopter une politique de télétravail claire fait partie des bonnes pratiques à mettre en place. Non seulement celle-ci permet de donner un cadre aux employés, qui se sentent ainsi moins livrés à eux-mêmes, mais elle aide l’entreprise à faire face aux contraintes légales, technologiques et de gestion des ressources humaines liées au télétravail.

Les chefs d’entreprise, les gestionnaires et les responsables des ressources humaines font, tout autant que les employés, partie de la solution.

Commentaires

Partager sur mon fil d’actualité

Powered by WP LinkPress

Catégorie
Télétravail

À lire aussi

Inscrivez-vous à l’infolettre

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.