Le télétravail à long terme : avantage ou menace?

Ergonome certifié, DESS, CCPE, WELL AP.

Contacter cet expert

Caroline Jodoin conseille des petites, moyennes et grandes entreprises sur tous les aspects du droit de l’emploi et du travail.

Contacter cette experte

De l’ergonomie aux aspects légaux, en passant par la fiscalité, plusieurs éléments sont à considérer quand on pense au télétravail à long terme. Une chose est sûre, cependant, les employés, comme les employeurs, s’intéressent au sujet.

D’une part, le travail à domicile permanent offre aux salariés une meilleure conciliation travail-famille et leur évite les tracas de la circulation et, d’autre part, il permet aux gestionnaires de recruter plus facilement de nouveaux talents, et, bien souvent, de réduire la superficie de leurs locaux.

Comme avocate senior chez Norton Rose Fulbright, Me Caroline Jodoin est appelée à conseiller toutes sortes d’entreprises.

  • Que disent-elles?
  • Est-ce un avantage à leurs yeux?
  • Est-ce une menace?
  • Quelles questions se posent-elles?

Avec Patrick Vincent, DESS, CCPE, WELL AP, ergonome certifié et président de Vincent Ergonomie, l’avocate a récemment participé au tout premier panel organisé par le GuideTélétravailQuébec sur l’ergonomie, la santé & la sécurité et les responsabilités de l’employeur. Ensemble, ils apportent des pistes de solution à ces interrogations.

Avantage : le télétravail pour attirer et retenir les talents

Grâce au télétravail permanent, les employeurs ont accès à un plus grand bassin de talents. En pleine pénurie de main-d’œuvre, les entreprises de plusieurs secteurs d’activité, notamment dans le domaine des technologies, peuvent recruter plus facilement du personnel spécialisé dans d’autres provinces et même ailleurs sur la planète.

Grâce à la télémigration, les personnes de partout dans le monde peuvent en effet travailler pour des organisations québécoises, sans avoir à passer par un long et laborieux processus d’immigration. Ils n’ont généralement besoin que d’un ordinateur et d’une bonne connexion à Internet pour exécuter leurs tâches.

Le télétravail à long terme est également un levier important pour accroître la rétention de la main-d’œuvre au sein d’une organisation. Plusieurs employés ont pris goût au télétravail et ne veulent absolument pas retourner à temps plein au bureau. Les entreprises qui offrent le télétravail ou un modèle hybride permanent ont ainsi une longueur d’avance sur celles qui misent sur le retour complet en présentiel.

Menace : risque de perdre son droit de gérance

Si le télétravail permanent offre plusieurs avantages, il menace le droit de gérance des employeurs. En télétravail, la ligne entre vie privée et vie professionnelle est en effet plus difficile à tracer, et les gestionnaires ont parfois de la difficulté à bien saisir l’étendue de leurs droits et responsabilités.

« Un certain nombre de précautions doivent être prises par l’employeur pour ne pas perdre son droit de gérance », ajoute Me Jodoin.

Un employeur devrait ainsi être particulièrement prudent s’il désire changer unilatéralement les conditions de travail de son équipe, sa décision pouvant être considérée comme un congédiement déguisé. Il en est de même pour un gestionnaire qui obligerait ses subalternes à revenir travailler à temps plein au bureau. Ce geste pourrait être mal perçu par plusieurs d’entre eux qui décideraient peut-être de donner leur démission.

  • Travailler de Bora Bora

Dans le même ordre d’idée, les organisations seront de plus en plus confrontées au cas d’employés qui décident d’aller travailler à l’extérieur du pays pendant quelques semaines pour rendre visite à leur famille ou pour prolonger un séjour dans une destination paradisiaque.

Quelle que soit la raison, l’exécution de tâches dans un autre État peut rendre l’application des lois et des règlements en santé et sécurité au travail plus compliquée, selon Me Jodoin, d’autant plus que les travailleurs nomades n’ont pas toujours accès à un environnement de travail ergonomique. « Le tout est lié au domicile de l’employeur et de l’employé », explique-t-elle.

Par exemple, que faire avec un salarié qui se blesse au dos pendant qu’il travaille dans un tout-inclus à Bora Bora? Son patron est-il responsable? Est-ce que la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) s’applique?

S’il n’y a pas de réponse claire à ces questions, Me Jodoin croit toutefois que le travail à l’extérieur du pays serait plus facilement acceptable d’un point de vue juridique s’il demeurait temporaire. Les problèmes ont plus de risque de survenir si un salarié décide de travailler à long terme ailleurs dans le monde, par exemple en Europe ou en Amérique du Sud.

  • Ne rien laisser au hasard

Pour contrer les menaces du travail à domicile à long terme, les employeurs auraient avantage à faire état de leur position dans leur politique de télétravail. Ils doivent indiquer clairement ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas.

De plus, le gestionnaire qui souhaite recruter un nouvel employé devrait prendre le temps de s’entendre avec ce dernier sur les différents aspects du télétravail avant l’embauche afin que les deux soient sur la même longueur d’onde.

Par exemple, la recrue devrait savoir exactement le type de flexibilité accordée par son entreprise, en particulier en ce qui a trait aux endroits autorisés pour effectuer le télétravail (domicile, chalet, extérieur de la province, etc.).

Bref, ce sont surtout les procrastinateurs qui n’adoptent pas de politiques claires qui risquent d’être menacés par le télétravail permanent, selon Me Jodoin.

Miser sur l’expérience employé

Quel que soit le type de retour au bureau envisagé, les organisations doivent repenser leurs espaces de travail afin de donner envie aux employés de quitter le confort de leur foyer. Les bureaux ne doivent pas seulement être perçus comme de simples lieux servant à l’exécution des tâches.

« Il est d’ailleurs reconnu que les bureaux sont un des moyens pour agir sur l’expérience employé. En effet, la culture d’entreprise compterait pour 40 % de celle-ci, la technologie, pour 30 % et les espaces physiques, pour 30 %. Il est donc important de repenser vos espaces de travail pour en faire une destination, un endroit spécial où on a le goût d’aller. Il faut que les bureaux offrent plus et mieux que le bureau à la maison », conclut M. Vincent.

Allez plus loin en visionnant l’enregistrement du panel sur l’ergonomie, la santé et sécurité et les responsabilités de l’employeur avec Patrick Vincent et Me Caroline Jodoin.

Commentaires

Partager sur mon fil d’actualité

Powered by WP LinkPress

Catégorie
Ressources humaines

À lire aussi

Inscrivez-vous à l’infolettre

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.